topblog Ivoire blogs

lundi, 26 août 2013

Un Homme riche surpris entrain de faire l’amour avec un cadavre dans un hôpital de Yaoundé [scandale]

attraper1.jpg?resize=170%2C300


Lire la suite

19:45 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (7) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

samedi, 18 mai 2013

DAVID Beckham QUI PART EN RETRAITE

darwin_article_sport24_632304_15240067_37_fre-FR.jpg




DAVID Beckham QUI PART EN RETRAITE ICI

16:11 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

vendredi, 17 mai 2013

Le cas du suicide dans une école primaire est une première en France

Le cas du suicide dans une école primaire est une première en France

Lire la suite

16:06 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde, ACTUALITES FRANCAISE | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

lundi, 13 mai 2013

Chris Brown et Justin Bieber sont les chanteurs les plus détestés des américains

Ses frasques ne lui auront donc pas fait que du bien. Depuis le débit de l'année, Justin Bieber fait plus parler de lui par ses débordements que par sa musique et forcément, ça commence à se ressentir sur sa carrière. Même si sa tournée est un succès, son image commence à pâtir aux yeux du public, surtout sur le continent nord-américain, très attaché aux valeurs : ses retards successifs lors de ses apparitions sur scène, ses caprices, ses mauvaises fréquentations, ses déboires avec ses voisins et, plus récemment, la saisie de son bus de tournée à cause d'une histoire de drogue n'ont pas plu.

 

Selon un sondage mené aux États-Unis par l'institut Public Policy Polling, le chanteur de 19 ans, connu pour ses tubes Believe ou All around the world, se classe en deuxième position des chanteurs les plus détestés, avec 54% d'opinions défavorables. Seuls 20% des Américains affirment avoir une bonne image du chanteur canadien.

 

Si ces résultats ne sont pas glorieux, ils ne sont rien en comparaison de ceux recueillis par Chris Brown. Le rappeur, dont la popularité avait fortement baissé en 2009, à cause des violences qu'il avait infligées à la chanteuse Rihanna, ne parvient pas à faire oublier sa mauvaise réputation. 57% des Américains ont une mauvaise opinion de lui, ce qui le classe en tête des chanteurs les plus détestés.

Adele et Beyonce parmi les favoritesD'autres artistes apparaissent dans ce classement, mais récoltent les bonnes places. Ainsi, la chanteuse britannique Adele, le chanteur Justin Timberlake ou encore Beyonce sont ceux qui récoltent le plus la ferveur du public américain.

Chris-Brown-et-Justin-Bieber-sont-les-chanteurs-les-plus-detestes-des-americains_exact810x609_l.jpg

 

23:24 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Etats-Unis: un garçon de 12 ans arrêté pour le meurtre de sa petite soeur

La police américaine a arrêté samedi en Californie (ouest des Etats-Unis) un garçon de 12 ans pour le meurtre de sa petite soeur de 8 ans, retrouvée poignardée il y a quinze jours dans la maison familiale.

Le meurtre de la fillette avait fortement mobilisé la police qui avait lancé une véritable chasse à l'homme pour retrouver un coupable, et suscité beaucoup d'émotion dans le village de Valley Springs, au pied de la Sierra Nevada.

"Les enquêteurs du bureau de shérif du comté de Calaveras ont arrêté le frère de Leila, âgé de 12 ans, pour homicide", a indiqué le bureau du shérif de Calaveras, au sud-est de San Francisco, dans un communiqué publié samedi soir.

"Nous avons passé plus de 2.000 heures à enquêter afin d'apporter des réponses à la famille de Leila", a ajouté le shérif Gary Kuntz, lors d'une conférence de presse.

Leila est morte le 27 avril quand elle et son frère, dont le nom n'a pas été publié, se trouvaient seuls dans leur maison de Valley Springs.

Le frère de Leila a raconté à la police qu'il avait vu un intrus pénétrer dans la maison et que, peu après, il avait découvert sa soeur poignardée. Le garçon avait alors téléphoné à ses parents qui avaient appelé les urgences, mais Leila était décédée peu après à l'hôpital, selon le journal local Sacramento Bee.

La police a alors cherché le présumé intrus, lors d'une véritable chasse à l'homme, y compris à l'école élémentaire de Leila et sur les routes empruntées par les bus scolaires.

Le shérif n'a pas donné de détails sur l'arrestation du garçon, faisant valoir que l'enquête était "en cours".

photo_1368388551717-1-0.jpg

05:51 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

mardi, 26 juin 2012

Incident aérien : la Turquie est prévenue

Incident aérien : la Turquie est prévenue

Vendredi 22 juin, un avion de reconnaissance turc a été abattu sans mise en garde ni sommation par la défense antiaérienne syrienne. Le F-4, qui était désarmé, se trouvait à ce moment-là au-dessus de la Méditerranée, à la limite de l’espace aérien syrien où il avait peut-être pénétré par mégarde. Alors que la Turquie a exigé une réunion de l'OTAN qui doit avoir lieu ce 26 juin, peut-on aller vers un conflit régional ?

Il n’est pas certain que la décision de tirer sur l’appareil ait été prise au sommet de l’Etat. On ne peut exclure en effet une hyper réactivité des moyens de défense syriens, mis en alerte renforcée au lendemain de la fuite en Jordanie, à bord de son Mig-21, d’un pilote syrien qui a immédiatement reçu l’asile politique. Il est toutefois probable que l’ordre d’abattre l’intrus a été requis. Les militaires syriens n’ont pas pour habitude de prendre des initiatives et leur défense antiaérienne a toujours réagi avec une extrême retenue - en général, elle n’a pas réagi du tout… - chaque fois que le territoire syrien a été survolé au cours de la décennie écoulée par l’aviation israélienne. Entre 2001 et 2012, des appareils de l’Etat hébreu ont effectué au-dessus de la Syrie une dizaine de missions pour eux sans conséquence, tantôt pour intimider les Syriens (survol du palais présidentiel de Qardaha, en juin 2006), tantôt pour exercer des représailles pour l’accueil et la formation en Syrie d’auteurs ou de présumés auteurs d’attentats (attaque du camp palestinien d’Aïn al Saheb, près de Damas, en octobre 2003), tantôt pour détruire ce que l’Etat hébreu considérait comme une menace immédiate pour sa sécurité (bombardement du réacteur nucléaire d’al Kabar, en septembre 2007). Apparemment la « sacralité du territoire, des eaux et de l’espace aérien syriens », rappelée lundi 25 juin par Jihad Maqdisi, porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères, n’implique pas les mêmes conséquences pour tous…

Exceptionnelle, la riposte syrienne apparaît donc à l’examen comme un acte délibéré, destiné à tester la Turquie, à la mettre en difficulté et à lui adresser un message.
Il s’agissait d’abord pour les Syriens de voir jusqu’où leurs anciens amis Turcs étaient prêts à aller avec eux dans l’escalade. Ils n’ont pas tardé à être renseignés : en acceptant immédiatement les « excuses » qu’aurait selon lui présentées la partie syrienne, le Premier ministre Recep Tayyep Erdogan a montré qu’il n’entendait pas réagir à chaud. Il lui sera d’autant plus difficile d’exercer des représailles à froid. Certes, il a demandé une réunion urgente de l’OTAN. Mais il paraît acquis que cette rencontre, fixée au mardi 26 juin, ne débouchera sur aucune action militaire contre la Syrie.
Il s’agissait ensuite pour les Syriens de mettre les responsables turcs en difficulté à l’intérieur, en donnant une nouvelle occasion de vitupérer contre la politique syrienne du gouvernement à certains partis laïcs, comme le Parti Communiste Turc et le Parti du Peuple Républicain, et en suscitant un sentiment de solidarité communautaire de la minorité alaouite - et peut-être des chrétiens d’origine syrienne - du Sandjak d’Alexandrette avec leurs parents et leur proches en Syrie.
Il s’agissait surtout pour les Syriens de transmettre aux Turcs un message de mise en garde. Alors que le chef du gouvernement de l’AKP n’a désormais plus de mots assez durs pour fustiger le comportement de son « ami » Bachar Al Assad auquel il a conseillé d’abandonner le pouvoir, le régime est excédé par les facilités accordées par la Turquie à tout ce que la Syrie compte comme ennemis. Passe encore qu’Istanbul soit devenue au fil des mois le centre de rassemblement et de réunion de l’opposition syrienne de l’extérieur et parfois de l’intérieur, et qu’elle ait accueilli, le 1er avril 2012, une réunion des «Amis du Peuple syrien». Passe aussi que la Turquie fournisse un asile à plus de 30 000 réfugiés syriens fuyant les exactions de l’armée, des moukhabarat et des chabbiha, et qu’elle leur permette d’échapper aux punitions que Damas veut infliger à ceux qui se rebellent contre son autorité. Passe également que les militaires, soldats et officiers déserteurs soient chaque jour plus nombreux à franchir la frontière séparant leur pays de la Turquie, et à bénéficier de la protection - souvent trop tatillonne et restrictive à leur goût - des autorités sécuritaires turques. Mais ce qui ne passe pas, en revanche, c’est que la Turquie laisse désormais agir sur son territoire des agents de la CIA et, peut-être, d’autres services de renseignements occidentaux, qui s’emploient à faire parvenir à l’intérieur de la Syrie les armes destinées aux résistants. L’annonce que les Américains chercheraient ainsi à prévenir la réception de ces armes par des groupes salafistes ou terroristes ne contribue absolument pas, et peut-être même au contraire, à calmer la colère des responsables syriens.

Les Turcs ont compris ces différents messages. Ils connaissent depuis longtemps les procédés indirects et les capacités de nuisance de leurs voisins. Ils savent que, s’ils ne disposent pas d’une force armée aussi puissante que la leur, les Syriens ont en main toutes sortes de cartes et de moyens plus ou moins avouables qu’ils n’hésitent jamais longtemps à utiliser en cas de besoin. Ils sont préoccupés par la réapparition des combattants syriens de l’ex-PKK et par les facilités qui leur sont accordées : sous le nom de PYD (Parti de l’Union Démocratique), ils se comportent dans la Jazireh et le long de la frontière commune en supplétifs dévoués du régime de Damas, dont ils profitent de la faiblesse actuelle mais dont ils ne veulent pas la chute. Ils s’inquiètent de la transformation de la région côtière de Syrie en bastion de repli du régime et des répercussions qu’une telle situation ne pourrait manquer d’avoir sur la population arabe du Hatay. Ils ne tiennent pas, enfin, à provoquer des tensions supplémentaires avec leurs autres voisins, irakiens, iraniens et russes, dont ils ont besoin pour leur économie, et qui se montrent plus résolus dans leur soutien à la Syrie que ne le sont l’Union européenne et les Etats-Unis dans leur appui à l’opposition et à la révolution syriennes.

L’affaire en restera donc là, au plan militaire tout du moins. Au lieu de chercher à punir la Syrie en lui rendant coup pour coup, la Turquie va continuer à ouvrir ses frontières et à apporter son aide à la contestation et à la population syriennes. Elle adoptera peut-être les sanctions économiques - interruption de la fourniture d’électricité, restriction du débit de l’Euphrate… - dont elle agite la menace depuis plusieurs mois. Son statut de puissance régionale et ses propres intérêts lui dicteront d’en faire davantage pour favoriser une issue à la crise, rapide et favorable à ses ambitions économiques et stratégiques. A moins qu’une nouvelle initiative hostile - la provocation de trop - de ses voisins syriens ne la contraigne à réagir…

Cette hypothèse ne peut être exclue. Faute de pouvoir réduire par la force des armes une contestation désormais entrée dans son 16ème mois, le régime syrien peut imaginer avoir intérêt à exporter le conflit au-delà de ses frontières, non seulement au Liban où les esprits s’échauffent au- delà de Tripoli mais aussi en Turquie. Il tenterait ainsi de reconstituer, face à un ennemi extérieur mieux identifié que les « terroristes » qu’il prétend combattre en assassinant hommes, femmes et enfants, en détruisant leurs villes et leurs villages, en pillant leurs biens et en brûlant leurs récoltes, l’unité intérieure mise à mal par l’impasse politique et par la férocité de la répression.

source:lemonde.fr

16:19 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

dimanche, 03 juin 2012

Ghana: un avion cargo écrase un minibus à l'atterrissage et fait dix morts

Un avion cargo nigérian a manqué la piste à l'atterrissage samedi soir à Accra, au Ghana, percutant un minibus et tuant dix occupants du véhicule, ont déclaré des responsables aéroportuaire et militaire. Les quatre membres de l'équipage, dont les deux pilotes du Boeing 727 de la compagnie Allied Air en provenance de Lagos, ont survécu et ont été transportés à la clinique de l'aéroport de la capitale ghanéenne, selon le responsable aéroportuaire. "Le vol DHV 111, un avion cargo, effectuant la liaison de Lagos à Accra, a manqué la piste à l'atterrissage samedi 2 juin à 19H10", précise un communiqué de l'aéroport. "L'appareil s'est écrasé près du stade Elwak sur un minibus, tuant dix personnes", ajoute le texte. Ce chiffre a été confirmé par un militaire de haut rang. Un témoin, Kofi Anor, a déclaré: "j'avais fini mon travail et je revenais chez moi sous la pluie lorsque j'ai vu l'avion tomber sur le minibus Benz et écraser mortellement les passagers se trouvant à l'intérieur". - L'épave près de l'aéroport - L'épave de l'appareil, dont la queue et les ailes se sont détachées, était visible près de l'aéroport, à côté des restes du minibus, a constaté un correspondant de l'AFP. Les services de secours, la police et les pompiers arrivés sur les lieux de l'accident en ont aussitôt bouclé les accès. L'appareil s'est écrasé à l'extérieur de l'aéroport à proximité d'une base militaire et du stade mais n'a apparemment pas touché d'habitations. Les gestionnaires de l'aéroport de la capitale du Ghana ont déclaré que les opérations se poursuivaient normalement en dépit de l'accident. Aucune catastrophe aérienne n'a été enregistrée ces dernières années au Ghana, un pays d'Afrique de l'Ouest de 24 millions d'habitants. Le chef de l'agence ghanéenne de la gestion des catastrophes nationales, Kofi Kportufe, a déclaré qu'"il s'agissait d'une journée triste pour le Ghana car des concitoyens sont morts dans l'accident." - Aucune catastrophe depuis des années - "Mais nous sommes reconnaissants à l'armée, aux pompiers pour leur réaction rapide qui a évité une plus ample catastrophe", a-t-il dit. Les corps des victimes ont été transportées à la morgue d'un hopital militaire proche où une foule, dont des personnes en pleurs, s'est rassemblée pour identifier les morts, a constaté un reporter de l'AFP. Le vice-président du Ghana John Dramani Mahama a promis une enquête approfondie. "Il ne faut pas tirer de conclusions prématurées", a-t-il dit avant de se rendre sur les lieux. "Nous devons permettre à l'enquête de déterminer la véritable cause de l'accident. Mais je peux assurer les Ghanéens que la situation est sous controle", a-t-il dit. Un interlocuteur joint sur une liste de numéros d'Allied Air dans la ville pétrolière nigériane de Port Harcourt a déclaré qu'il s'agissait d'une compagnie nigériane mais aucun responsable au bureau de Lagos n'a fait de commentaire sur l'accident et d'autres appels à des numéros de la société n'ont pas reçu de réponse.

21:21 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Nigeria: un avion avec 153 passagers s'écrase sur un quartier populaire de Lagos

Un avion de ligne avec à son bord 153 passagers s'est écrasé dimanche sur un quartier populaire de la capitale économique nigériane Lagos, avec quasiment aucun espoir de retrouver des survivants.

Aucun bilan n'était disponible en fin d'après-midi, et les causes du crash de l'appareil, qui est venu heurter de plein fouet un immeuble de deux étages avant de s'embraser, n'étaient pas encore connues.

"C'était un avion de la compagnie Dana en provenance de la capitale Abuja pour Lagos, avec 153 passagers à son bord", a annoncé à l'AFP le directeur de l'Aviation civile, Harold Demuren. "Je ne crois pas qu'il y ait de survivant", a ajouté ce responsable.

L'avion s'est écrasé sur le quartier populaire d'Iju, à proximité de l'aéroport international dans le nord de la ville.

crash d'avion au nigeria

 

Une épaisse fumée noire s'élevait dans le ciel depuis la zone du crash, a-t-on constaté, dans la partie continentale de cette immense agglomération de près de 15 millions d'habitants, construite autour d'une lagune le long des côtes de l'océan Atlantique et réputée être la plus grande ville du continent africain.

Selon des habitants interrogés par l'AFP, l'avion de ligne, volant à très basse altitude dans un bruit assourdissant de réacteur, a d'abord percuté un immeuble de deux étages.

L'appareil "a volé très bas (...) dans un vacarme infernal, avant de s'écraser sur une zone d'habitation (...). Il s'est ensuite embrasé", a raconté un témoin.

Un autre habitant, Tunji Dawodu, a indiqué qu'il "venait de sortir de l'église vers 15H30 quand il a entendu un bruit très fort. J'ai pensé que c'était une explosion", a-t-il dit. "Ensuite une grande flamme s'est élevée de l'immeuble contre lequel l'avion s'est écrasé", a-t-il ajouté.

Selon d'autres habitants, l'avion a piqué du nez sur les habitations. De nombreux débris, parmi lesquels une aile détachée de la carlingue, étaient visibles sur les lieux de la catastrophe, où convergeaient secouristes, policiers et des centaines de curieux.

La queue blanche de l'avion, arrachée du reste de la carlingue, était visible au milieu des décombres de maisons en feu, à côté d'un réacteur métallique déchiqueté. Les carcasses de plusieurs voitures calcinées jonchaient les rues alentours, parcourues par des habitants en pleurs ou paniqués.

"Je peux confirmer que l'un de nos avions s'est écrasé aujourd'hui dans la périphérie de Lagos", a déclaré à l'AFP un porte-parole de Dana Air, Tony Usidamen. "Nous avons perdu le contact avec l'avion. Nous allons publier un communiqué", a-t-il simplement commenté.

La compagnie domestique Dana Air, qui jouit d'une réputation de sérieux sur le marché local, a débuté ses activités en novembre 2008 et est aujourd'hui l'une des principales compagnies nigérianes, alignant une flotte d'appareils de type MD-83, selon son site internet.

Ses avions relient quotidiennement, jusqu'à 27 vols par jour, les villes d'Abuja, Calabar, Lagos, Port Harcourt et Uyo.

crash d'avion au nigeria

Samedi soir, un avion cargo nigérian a manqué son atterrissage à l'aéroport international d'Accra, capitale du Ghana, autre pays d'Afrique de l'Ouest, percutant un minibus et tuant dix occupants du véhicule.

Les quatre membres de l'équipage, dont les deux pilotes du Boeing 727 de la compagnie Allied Air en provenance de Lagos, ont survécu à l'accident.

21:15 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

dimanche, 06 mai 2012

[Vidéo] Résultats présidentielle : Nicolas Sarkozy : "Je m'apprête à redevenir un Français parmi les Français"

voici la video

21:18 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

François Hollande élu président de la République avec 51,8%

Ce sera donc François Hollande. Le candidat socialiste a été élu président de la République avec 51,8% des suffrages. Le président sortant, Nicolas Sarkozy, n'a recueilli que 48,2% des voix, selon les premières estimations CSA à 20h.

Selon nos journalistes, présentes au siège du Parti socialiste, la foule nombreuse à Solférino était enthousiaste et confiante dès la fin de journée. Pour le moment, François Hollande est dans son fief corrézien de Tulle : il devrait d'abord fêter sa victoire sur la place de la Cathédrale avec un discours assez court de 6 à 7 minutes. Il prendra ensuite un avion pour rejoindre la capitale.

Des artistes place de la Bastille

Selon les informations du Parisien, des artistes sont attendus place de la Bastille à Paris pour célébrer la victoire du candidat socialiste. Le quotidien avance les noms de Jacques Higelin, Yannick Noah, Axel Bauer ou encore Anaïs. Les préparatifs sont à l'oeuvre depuis ce matin, une scène est même installée. Nicolas Sarkozy, qui a passé l'après-midi à l'Elysée avec ses proches conseillers, n'avait pas prévu de faire d'allocution avant d'avoir la certitude des résultats.

François Hollande aura donc fait toute la course à l'Elysée en tête. Pendant toute la durée de la campagne, le député de Corrèze l'a en effet toujours emporté sur Nicolas Sarkozy dans les intentions de vote. Des sondages qui ont été confirmés par le résultat des urnes. Au premier tour, l'ancien premier secrétaire du Parti socialiste avait recueilli 28,63% des voix, Nicolas Sarkozy 27,18%. Très vite, la candidate d'Europe Ecologie - Les Verts Eva Joly et le candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon s'étaient rangés derrière François Hollande. Cette semaine, c'est François Bayrou qui avait annoncé qu'à titre personnel - sans donner de consigne de vote- il mettrait dans l'urne le bulletin du candidat PS.

21:12 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les défis économiques de François Hollande

PARIS (Reuters) - François Hollande prend les rênes d'une France en faible croissance dans une Europe déprimée, avec pour principaux défis le redressement des comptes publics et de l'emploi.

La pression est forte sur le nouveau président, qui sait que ses marges de manoeuvre sont plus limitées que celles de ses prédécesseurs.

Ayant désigné la croissance comme une condition de la réduction des déficits publics en Europe, il devra négocier, en particulier avec l'Allemagne, des mesures pour dynamiser l'activité sans détériorer les comptes des Etats.

En France, il hérite d'un déficit public annuel d'environ 100 milliards d'euros, concentré sur l'Etat et les comptes sociaux.

Il promet de le ramener de 5,2% fin 2011 à 3% du produit intérieur brut fin 2013, conformément à l'engagement de la France, en augmentant les impôts et en freinant la hausse des dépenses, l'effort entre les deux étant équilibré.

Priorité des Français, le chômage progresse, lui, chaque mois depuis près d'un an et atteint un niveau oublié depuis la fin du XXe siècle.

Pour inverser la tendance, adapter le système social et relancer l'industrie, le nouveau président a prévu d'utiliser les armes fiscale et budgétaire et d'engager d'importantes négociations avec les organisations patronales et syndicales.

FOI DANS L'AVENIR

Comme ses prédécesseurs, il espère être aidé par une croissance plus dynamique que ne l'attendent le FMI, l'OCDE, la Commission européenne et les économistes. Des mesures de rigueur additionnelles pourraient dès lors s'imposer.

Le PIB croîtrait selon lui de 0,5% cette année, 1,7% en 2013, 2% en 2014, et 2% à 2,5% à partir de 2015.

Les économistes de Crédit Agricole-CIB estimaient avant le second tour qu'il s'agissait d'une prévision "trop optimiste".

"Les deux programmes manquent d'une stratégie crédible et globale pour doper la compétitivité et la croissance", ajoutaient-ils à propos des finalistes.

François Hollande s'est opposé à un ralentissement soudain des dépenses publiques, expliquant vouloir éviter un effet récessif qui assécherait les recettes de l'Etat et accroîtrait le déficit au lieu de le réduire.

La hausse des dépenses serait de 1,1% par an - contre 1,7% en moyenne de 2007 à 2010 - ce qui permettrait de baisser leur montant en pourcentage du PIB si la croissance est là.

Ses proches ont souligné que les agences de notation observaient les perspectives de croissance des Etats, et pas seulement les ratios budgétaires.

Dégradée par Standard and Poor's au début de l'année, la note de la France - toujours "triple A" chez Moody's et Fitch - est en perspective négative chez les trois agences, ce qui signifie que d'autres dégradations sont possibles.

REDRESSEMENT HISTORIQUE

François Hollande promet d'atteindre l'équilibre des comptes publics fin 2017, une première depuis 1974. L'effort serait d'une centaine de milliards en cinq ans, dont une quarantaine d'ici fin 2013, soit autant que le budget annuel de la défense.

"Malgré l'engagement fort des candidats à maîtriser les déficits, nous soulignons l'ampleur historique de l'ajustement qui serait nécessaire", notaient les analystes de Barclays.

Pour baisser le ratio de dette sur PIB, qui tend vers 90%, à environ 80% fin 2017, François Hollande prévoit d'importantes hausses d'impôts, là où l'impact serait selon lui le moins sensible : les ménages les plus riches et les plus grandes entreprises.

Trente milliards d'euros d'impôts nouveaux viendraient réduire le déficit, et une quinzaine de plus financeraient une partie de ses 20 milliards d'euros de mesures. Certaines de ces mesures doivent selon lui soutenir la croissance et l'emploi, d'autres rétablir la "justice" comme l'adoucissement de la réforme des retraites.

Il s'est en revanche engagé à supprimer la hausse de la TVA décidée pour le mois d'octobre et qui frapperait tous les consommateurs.

Face à un chômage au plus haut depuis 1999, François Hollande compte sur une batterie de mesures publiques - dont une hausse des embauches de fonctionnaires - et sur le soutien aux petites et moyennes entreprises.

Il promet un "contrat de génération" pour intégrer les jeunes dans les entreprises tout en conservant les salariés les plus âgés, et la création de 150.000 "emplois d'avenir", une remise au goût du jour des "emplois jeunes" du gouvernement Jospin. Il annonce un recentrage de la formation sur les publics les moins formés et le renforcement des moyens de Pôle Emploi.

FAIBLESSES STRUCTURELLES

Le nouveau président devra aussi résorber des faiblesses structurelles qui fragilisent l'économie française depuis la fin des "trente glorieuses".

Le commerce extérieur, qui n'a été excédentaire que dix années depuis 1950, était en déficit de 70 milliards d'euros l'an dernier, un record. La part de marché de la France dans les échanges mondiaux se dégrade, à 3,3% l'an dernier contre 5,8% en 1995. Et le déficit des exportations avec l'Union européenne, qui représentent 61% du total des produits vendus hors de France, s'est encore creusé.

Le déséquilibre des échanges extérieurs se retrouve dans celui des paiements courants, lequel mesure l'évolution de l'endettement du pays vis-à-vis de l'extérieur, alors que près des deux tiers du stock de la dette négociable française sont détenus par des non-résidents.

François Hollande a surpris pendant la campagne par sa discrétion sur les réformes structurelles censées réduire ces déséquilibres.

"Les discussions sur un agenda de réformes structurelles (marché du travail, des biens et des services) sont, de façon surprenante, absentes de la campagne de François Hollande", soulignaient les analystes de Barclays. "Cela étant dit, nous voyons des raisons de croire dans la capacité de François Hollande à mener des réformes : le Parti socialiste a traditionnellement une bonne relation avec les partenaires sociaux et François Hollande est connu pour construire des consensus."

Pour Gilles Moec, de Deutsche Bank, "atteindre son objectif de déficit zéro en 2017 est sous-tendu par des prévisions de croissance ambitieuses dont nous pensons qu'elles ne sont pas crédibles sans des réformes structurelles rapides sur lesquelles les socialistes sont actuellement totalement silencieux".


Edité par Yves Clarisse

source:new yahoo

21:07 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

dimanche, 18 septembre 2011

La chanteuse Cora Vaucaire est morte

La chanteuse Cora Vaucaire, 93 ans, grande interprète de Prévert ou Aragon, surnommée "la dame blanche de Saint-Germain-des-Prés", est morte dans la nuit de vendredi à samedi à Paris. D'après son amie et biographe Françoise Piazza, elle a été victime d'un malaise et les pompiers ne sont pas parvenus à la réanimer.

Cora Vaucaire était connue comme l'une des principales ambassadrices de la chanson "rive gauche" à partir des années 1950, défendant un répertoire sans concession, allant du Moyen-Age aux poètes contemporains comme Prévert, Aragon, ou Trénet. Trois fois couronnée par l'Académie Charles Cros, elle a été la première à enregistrer "Les feuilles mortes" de Prévert et Kosma.

Elle avait fait connaître Barbara ("Dis quand reviendras-tu ?"), Léo Ferré ("Les Forains"), ainsi que le Québécois Raymond Lévesque ("Quand les hommes vivront d'amour"). Au cinéma, elle immortalisa deux chansons : "La Complainte de la Butte" dans French cancan de Renoir en 1955 et "Trois petites notes de musique" dans Une aussi longue absence de Colpi (1960).

 

Née Geneviève Collin le 22 juillet 1918 à Marseille, fille d'un officier de marine breton, Cora Vaucaire fait ses débuts au théâtre à 16 ans, avant de préférer la chanson. Elle gagne plusieurs concours, et commence à se produire en 1945 dans les cabarets parisiens, l'Echelle de Jacob, puis l'Ecluse, l'Arlequin. Elle fidélise ensuite son public de fans lors de récitals intimistes donnés dans les petits théâtres à l'italienne, de l'Œuvre (1967) et de Montparnasse (1975).

La chanteuse multiplie les tournées à l'étranger, devenant célèbre au Japon, et la première chanteuse française à se produire en Albanie dans les années 80. L'âge venu, Cora Vaucaire revient sur scène dans un dépouillement au sommet de son art, se produisant pour la première fois et une unique soirée à l'Olympia (1991), puis au Déjazet (1992), et aux Bouffes du Nord (1999). Elle était veuve du parolier Michel Vaucaire.

16:45 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |