topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

lundi, 29 novembre 2010

Tentative de perturbation de la cérémonie commémorative du 30ème du père d’Abt: Le camp Yayi organise une surveillance autour de Bio Tchané

Tentative de perturbation de la cérémonie commémorative du 30ème du père d’Abt: Le camp Yayi organise une surveillance autour de Bio Tchané


Abdoulaye Bio Tchané à surveiller désormais comme de l’huile sur le feu. Une nouvelle résolution prise au plus haut niveau de la mouvance présidentielle et à laquelle le président de la République Boni Yayi est associé et y participe activement. C’est ce qu’on peut retenir des manœuvres à la limite déshonorante orchestrée le week-end dernier à l’occasion de la célébration du 30è anniversaire du décès du père de Bio Tchané. En effet, alors qu’on n’a pas encore fini de déplorer le télégramme dénudé de sens adressé au ministre par le préfet des départements du Borgou et de l’Alibori, tentant de perturber l’évènement, c’est le président de la République lui-même qui s’est rendu en catastrophe à Parakou. Pour quoi faire? Une question dont la réponse se trouve avec les émergents. Toujours est-il que cette coïncidence des évènements n’est nullement anodin ni hasardeuse. Dans le même temps, on organise une marche imaginaire de soutien à la Lépi.

On aurait tout vu sous le changement. Tout le monde se comporte en maître absolu et dictateur. La preuve, après le préfet des départements du Zou et des Collines, M. Armand Nouatin, c’est le tour de celui de Borgou Alibori de tenter à travers un télégramme envoyé aux structures Fbce de perturber par toutes les manières possibles la cérémonie du samedi dernier.

Lire son télégramme

Cérémonie du 30ème anniversaire de la mort de Moussa Bio Tchané

Abt honore la mémoire de son père

27 novembre 1980-27 novembre 2010. Cela fait 30 ans que Moussa Bio Tchané a rejoint Allah le Tout puissant. C’est pour honorer la mémoire de ce grand homme que le président de la Boad Abdoulaye Bio Tchané a organisé samedi dernier une prière commémorative en sa mémoire. L’évènement très grandiose a connu la participation d’une forte délégation des autorités politico-administratives béninoises qu’africaines.

C’est pour rendre un vibrant hommage à cet illustre disparu et pour ne pas passer sous silence cette date que tout Djougou a été sous les feux de la rampe. Les manifestations de la commémoration de la disparition du grand camarade de lutte, Moussa Bio Tchané ont commencé par l’entrée triomphale de Abdoulaye Bio Tchané dans la ville très tôt le matin par la voie Djougou Ouaké. Déjà le matin, les populations ont pris d’assaut les lieux dès l’annonce de la nouvelle. Ensuite, cap est mis sur la maison du président de la Boad pour saluer la famille et aussi, pour un recueillement sur la tombe de l’illustre disparu. Après cela, la prière musulmane a été dite autour de 13 heures à la mosquée centrale de la ville située au quartier Djiribi. Une prière dirigée des mains de maître par l’imam Yaya qui a profité pour faire un briefing sur la vie de l’homme. Concrètement à ce niveau, il faut reconnaître qu’il a été aimé de toute la population à cause de sa générosité, de son franc parler et de ses nombreuses luttes qui, aujourd’hui portent leurs fruits.

Pour Abdoulaye Bio Tchané, cet homme a été pour lui tout ce qu’il est devenu. Il a retenu selon ses propos, une citation qui a toujours été chère à ce vieux « Chaque chose en son temps ». Comme pour dire de ne jamais être pressé dans sa vie. Sur ce point, plusieurs personnes déplacées sur les lieux, ont témoigné de ces qualités intrinsèques que l’homme possédait. Bref, c’était tout simplement de l’apothéose contrairement à ce que les populations et certaines personnes animées de mauvaise foi voulaient créer. Preuve une fois de plus que les populations béninoises savent tirer le bon grain de l’ivraie. Puisque même tard dans la nuit, la cérémonie s’est poursuivie dans la quiétude totale et surtout avec une population déterminée à aller au bout pour honorer de façon grandiose et spéciale la mémoire de cet homme. La sécurité de son côté n’a pas fléchi. Ce qui constitue d’ailleurs la première victoire d’Abt sur ses ennemis. Chants, danses, prestations, animations, bref, tout était au rendez pour agrémenter cette journée. Ce qui a été d’ailleurs effective et sensationnelle.

Lire l’allocution de Karim Boukari Tenaka pour savoir tout sur la vie de l’homme

Allocution d’introduction de monsieur Karim Boukari Tenaka a la prière du trentième anniversaire du décès de el hadj Moussa Bio Tchané

Mosquée centrale de Djougou, le 27 Novembre 2010

- Monsieur le Président Abdoulaye Bio Tchane

- Messieurs les Imams et autres autorités religieuses ;

- Mesdames et Messieurs les élus et autorités à tous les niveaux ;

- Mesdames et Messieurs les invités ;

Ma fierté et mon émotion sont grandes, de prendre la parole à cette occasion de prière pour la mémoire de El Hadj Moussa Bio Tchane, cette grande personnalité de Djougou dont l’évocation du nom déclenche chez tout fils de cette localité, un sentiment de reconnaissance pour son combat en faveur de l’émancipation et le développement de Djougou.

Je suis convaincu que vous me taxez déjà d’égoïste, car pour être juste, je devrais ajouter que le même sentiment pour les mêmes raisons, est celui de tous les fils de toute la Donga, et de tout le Bénin. Comprenez-moi, je suis à la maison, je suis un porte parole de toute cette population qui a envie de crier fièrement en face du monde : oui c’est mon digne fils !

Je suis modestement un témoin d’une bonne partie de l’histoire politique de Djougou. Je ne veux pas faire de l’histoire ; ce n’est pas le lieu mais je ne quitterais pas ce lieu sans vous dire qu’en venant ici aujourd’hui, nous Djougois, savons que nous venons à un rendez-vous de l’histoire que nous a donné publiquement le regretté El Hadj Moussa Bio Tchane. Et nous savons que s’il nous entend, le destin de Djougou changera. Et cette ville changera grâce à Dieu, c’était son vœux, son sacerdoce, le but de sa vie.

Pour vous donner une idée de ce qui fonde mon état d’âme, permettez-moi de vous présenter celui que fut l’illustre El Hadj Moussa Bio Tchane.

El Hadj Moussa Bio Tchane est né à Semere en 1923.

Il a fréquenté l’école primaire publique de Djougou de 1930 à 1936 en même temps qu’il suivait sa formation coranique.

De 1937 à 1940 ; il fréquenta l’école secondaire Victor Ballot à Porto-Novo.

De 1941 à 1943 ; il fut formé instituteur à l’école normale William Ponty au Sénégal.

De 1944 à 1946 ; il enseigna à l’école primaire de Natitingou.

De 1947 à1949 ; il enseigna à l’école primaire de Sèmèrè.

En 1949, il créa l’école primaire d’Alledjo où il enseigna jusqu’en 1951.

De 1952 à 1954 ; il enseigna à l’école primaire de Parakou.

De 1955 à 1956 ; il a été désigné conseiller municipal à Djougou.

En 1957, il a été nommé Ministre de l’Enseignement technique et professionnelle.

De 1958 à 1960, il à été nommé Ministre des Finances du Dahomey.

De 1961à 1962, il est élu Député National du Dahomey.

De 1963 à 1965, Il a été nommé Sous-Préfet à Kétou.

De 1966 à 1968, il est nommé Sous-Préfet à Tanguiéta.

De 1968 à 1972, il est nommé Sous-Préfet à Dassa-Zoumé.

De 1972 à 1974 il est nommé Sous-Préfet à Djougou.

En 1974, il fut chef de service des affaires religieuses au Ministère de l’Intérieur où il fut admis à la retraite en 1975.

Il quitta ce monde le 25 Novembre 1980.

Comme vous le constatez, il a fait le tour du Bénin pour former beaucoup de cadres et gérer des affaires publiques.

Ce qui ne se dit pas assez, c’est la dimension humaniste de El Hadj Moussa. Partout où il a vécu, il a gardé et élever beaucoup d’enfants. Il a toujours mis à l’aise les enfants d’autrui dont il s’est volontairement donné la charge, parfois mieux, à nos yeux, que ses propres enfants.

Qui ne serait pas heureux comme moi aujourd’hui de parler de lui à cette occasion ?

Et quel fils ne serait pas fier et orgueilleux d’être né de ce père ?

Quelle population ne serait pas fière de l’avoir comme fils ou père ?

Voila celui pour qui nous vous demandons maintenant de prier pour que Dieu le tout puissant lui fasse miséricorde et l’accepte dans son paradis. Et surtout, que sa bénédiction nous accompagne dans notre combat quotidien et dans nos ambitions de servir et développer notre pays.

22:23 Écrit par Kpanou dans POLITIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.