topblog Ivoire blogs

samedi, 19 mars 2011

État d'urgence et démission d'un ministre au Yémen

AFP_110318_k2q30_yemen-manif-blesse_8.jpg

Le président yéménite, Ali Abdallah Saleh, a déclaré vendredi l'état d'urgence alors que son ministre du Tourisme, Nabil al-Faqih, a annoncé sa démission du Cabinet et s'est retiré du parti gouvernemental pour protester contre les actions des forces de sécurité.

La déclaration de l'état d'urgence s'accompagne d'une interdiction pour tout citoyen de porter une arme.

Le président yéménite a aussi fait part de sa tristesse par rapport à la fusillade qui a eu lieu vendredi. D'après lui, la police n'a pas tiré sur les manifestants et n'était même pas présente sur les lieux. Il soutient qu'il s'agirait d'une altercation entre citoyens et protestataires.
AFP_110318_00r81_yemen-sanaa_4.jpg
Plus de 41 manifestants réclamant le départ du président Saleh ont été tués et 100 autres, blessés, lors de tirs à Sanaa, selon un bilan de sources médicales.

Selon l'Agence France-Presse, les forces de l'ordre ont commencé à tirer après la prière hebdomadaire, au moment où les manifestants tentaient de démanteler une barricade érigée pour bloquer la place principale de la capitale.

Un journaliste de l'AFP affirme que la police a même lancé des grenades lacrymogènes sur les manifestants.

Des témoins rapportent quant à eux que des partisans du régime ont ouvert le feu depuis les toits des habitations proches, visant les milliers de manifestants rassemblés sur la place de l'Université depuis le 21 février. « La plupart des blessés sont touchés par balle à la tête, au cou et à la poitrine », a déclaré un médecin à l'AFP.

Les protestataires scandaient des slogans comme « le peuple veut la chute du régime », brandissant des cartons jaunes. Cette journée avait été surnommée le « vendredi de l'avertissement » par un groupe de jeunes, dont une grande partie est au chômage.

Malgré la violente répression des forces gouvernementales, les manifestants maintiennent qu'ils ne cesseront pas leur mouvement de contestation tant que le président n'aura pas quitté le pouvoir.

Depuis janvier, les opposants au régime en place demandent la démission du président Saleh, au pouvoir depuis 32 ans. M. Saleh a refusé de démissionner, tout en indiquant qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat aux élections de 2013.

Dimanche, de violents affrontements sont survenus entre les autorités et les manifestants, faisant un mort à Aden et des dizaines de blessés à Sanaa.

Radio-Canada.ca avecAgence France Presse, Reuters et Associated Press

11:37 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.