topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

samedi, 19 mars 2011

lE MONDE ARABE EN EBULLITION

Un avion de combat est abattu au-dessus de Benghazi


AFP_110319_w8e38_chasseur-lybie_8.jpg
Un avion de combat a été abattu samedi matin au-dessus de Benghazi, dans l'est de la Libye, par les forces rebelles. Il est tombé sur une zone d'habitation du sud de la ville provoquant une explosion suivie d'une fumée noire.

Cet avion militaire qui survolait depuis quelques minutes la ville, vraisemblablement un MiG-23 selon des journalistes de l'AFP, est apparu dans le ciel avec l'arrière droit de l'appareil en feu. Le pilote a réussi à s'éjecter avant que l'appareil ne tombe en vrille.

Pour l'instant, on ne sait pas comment l'avion a été abattu, mais sa chute a été accueillie par des tirs de joie dans Benghazi. L'armée du colonel Mouammar Kadhafi possède plusieurs de ces avions à géométrie variable d'attaque au sol. L'armée n'a pas confirmée la perte de l'avion.

Tôt samedi, de puissantes explosions avaient été entendues et des bombardements aériens avaient eu lieu au sud-ouest de cette ville. Plusieurs colonnes de fumée s'élevaient au-dessus de la zone visée.

Par ailleurs, selon Al-Jazeera, les forces de Mouammar Kadhafi seraient entrées dans les faubourgs ouest de Benghazi, le fief des insurgés libyens.

Des explosions avaient été entendues toute au cours de la nuit, sans qu'il soit possible de déterminer s'il s'agissait de bombardements ou de tirs de batteries antiaériennes.

Au cours de la nuit de vendredi à samedi, le régime de Tripoli a accusé les insurgés de violer le cessez-le-feu en s'attaquant à des forces loyales au régime dans la région d'Al Magrun, à environ 80 kilomètres au sud de Benghazi.

Le vice-ministre des Affaires étrangères, Khaled Kaaim, a précisé que le bombardement se poursuivait. Il a toutefois ajouté que l'armée n'a pas entrepris d'action contre eux afin de ne « pas violer le cessez-le-feu » annoncé vendredi par Tripoli afin de se conformer à la résolution de l'ONU votée jeudi.

Des combats sont cependant rapportés depuis vendredi par des rebelles et des témoins dans plusieurs villes, notamment à Misrata et Ajdabiya, près de Benghazi.
AFP_110319_s7o78_lybie-rebelle_8.jpg
Le président des États-Unis, Barack Obama, a sommé vendredi le chef de l'État libyen, Mouammar Kadhafi, de se rendre aux exigences de la résolution 1973 de l'ONU, sans quoi il s'expose à des représailles militaires.

La résolution du Conseil de sécurité, adoptée à dix voix pour et cinq abstentions, autorise le recours à « toute mesure nécessaire » pour protéger les civils, à l'exception du déploiement d'une force d'occupation.

Le président américain soutient que la communauté internationale ne restera pas les bras croisés devant les exactions du régime du colonel Kadhafi sur des civils de sa propre population.

Les dirigeants de l'Union européenne, de la Ligue arabe, de l'Union africaine et le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon sont réunis à Paris pour un sommet sur la crise libyenne, pour s'entendre sur la façon de mettre en oeuvre la résolution 1973.

Selon l'ambassadeur de France à l'ONU, l'intervention militaire internationale, qui est attendue, pourrait avoir lieu incessamment, avant même la conclusion de la rencontre à Paris.

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper est présent. Il s'est envolé pour Paris, vendredi soir. Stephen Harper a aussi confirmé vendredi qu'Ottawa dépêchera des chasseurs CF-18 en Méditerranée.

L'OTAN organise par ailleurs une réunion d'urgence pour étudier la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne au dessus de la Libye.

Radio-Canada.ca avecAgence France Presse, Reuters et Associated Press

10:55 Écrit par Kpanou dans POLITIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.