topblog Ivoire blogs

samedi, 19 mars 2011

Premières frappes internationales contre le régime de Kadhafi

PC_110319_c9g00_rafale-france-libye_8.jpg

Les premières frappes internationales ont commencé en Libye deux heures à peine après que 22 pays réunis à Paris se soient entendus sur les mesures militaires à prendre pour protéger les civils contre le régime de Mouammar Kadhafi.

Des avions français opérant au-dessus de la Libye ont détruit plusieurs blindés des forces pro-Kadhafi lors de leur premier engagement, a déclaré un responsable du ministère de la Défense de France.

Selon la chaîne Al-Jazira, quatre chars des forces fidèles à Kadhafi ont été détruits près de Benghazi, fief des rebelles.

Une vingtaine d'avions français prendraient part à cette opération.

Un responsable du Pentagone a par la suite indiqué que la marine américaine disposait de trois sous-marins en Méditerranée qui sont en train de préparer des opérations contre la Libye.

Le responsable a précisé que les sous-marins disposaient de missiles Tomahawk pouvant atteindre des avions et des batteries antiaériennes, afin de faire respecter la zone d'exclusion aérienne imposée par l'ONU.

Protéger la population

Les rebelles pressaient la communauté internationale d'intervenir sans attendre pour faire cesser les combats.

« Il y aura aujourd'hui une catastrophe à Benghazi si la communauté internationale ne met pas en oeuvre les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU » pour protéger les civils, plaidait, quelques heures plus tôt, Moustafa Abdeldjeïl, chef du Conseil national libyen qui chapeaute l'insurrection.

Les habitants de la Benghazi faisaient état, plus tôt en journée, de bombardements aériens et de tirs d'artillerie et de mortier contre les faubourgs ouest, en violation du cessez-le-feu décrété vendredi par Kadhafi, qui lui-même réagissait à la résolution 1973 de l'ONU.

Les tirs, qui auraient commencé durant la nuit, se poursuivraient depuis.

Un avion de combat a été abattu samedi matin au-dessus de la ville, suscitant des cris de joie parmi les insurgés. La rébellion a cependant annoncé par la suite qu'il s'agissait en fait d'un des rares avions dont elle dispose, et non d'un appareil du régime. Il a été abattu par erreur par les insurgés.

La rébellion a par ailleurs affirmé s'être emparée de quatre blindés des forces pro-Kadhafi.

Selon un journaliste de l'AFP, des milliers de personnes fuyaient en journée la ville par le nord-ouest, causant d'importants embouteillages.

Des combats sont aussi rapportés depuis vendredi par des rebelles et des témoins dans plusieurs villes, notamment à Misrata et Ajdabiya, près de Benghazi.

Samedi, Misrata était toujours sous le feu de l'artillerie du régime Kadhafi. La ville, tenue par la rébellion, est privée d'eau courante, selon des témoins.
Un rebelle lybien à Benghazi

Photo: AFP/PATRICK BAZ

Un rebelle lybien à Benghazi le 18 mars 2011.
AFP_110319_s7o78_lybie-rebelle_8.jpg


Tripoli nie toute action militaire

Un porte-parole du gouvernement libyen a de son côté nié toute action militaire des forces de Kadhafi contre le fief des insurgés.

« ll n'y a aucune attaque d'aucune sorte sur Benghazi. Comme nous l'avons dit, nous respectons le cessez-le-feu et nous souhaitons la venue d'observateurs internationaux », a dit Moussa Ibrahim à Reuters.

Le régime accuse plutôt Al-Qaïda d'être derrière les affrontements à Benghazi.

Tripoli avance aussi que les rebelles auraient attaqué des forces loyales au régime dans la région d'Al Magrun, à environ 80 kilomètres au sud de Benghazi dans la nuit de vendredi à samedi.

Radio-Canada.ca avecAgence France Presse, Reuters et Associated Press

20:59 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.