topblog Ivoire blogs

lundi, 21 mars 2011

TROP DE BORDELLE EN LIBYE :La coalition a frappé le complexe résidentiel de Kadhafi

AFP_110320_o6600_libye-frappe_8.jpg
Photo: AFP/Imed Lamloum

Un bâtiment administratif situé dans le complexe présidentiel a été touché par un tir de missile.

Les forces de la coalition poursuivent leur offensive contre le régime de Mouammar Kadhafi et ont touché dimanche soir un bâtiment du complexe résidentiel du dirigeant libyen, à Tripoli.

Selon ce qu'a déclaré un responsable militaire de la coalition à l'AFP, le bâtiment a été détruit, car il abritait un centre de « commandement et de contrôle » des forces libyennes. « Dans le cadre de la résolution 1973 [du Conseil de sécurité de l'ONU], nous continuons de viser les cibles qui posent une menace directe pour le peuple libyen et qui gênent la mise en place de la zone d'exclusion aérienne », a ajouté ce responsable sous couvert de l'anonymat.

Le bâtiment, détruit à l'aide d'un missile, est situé à une cinquantaine de mètres de la tente où le colonel Kadhafi recevait en général ses invités de marque. Lundi, des journalistes étrangers ont été transportés en autobus sur place par le régime libyen pour constater les dégâts.

Le responsable qui a divulgué l'information a insisté pour dire que Kadhafi ou sa résidence n'étaient pas visés par l'attaque. Les officiels libyens ont précisé que personne n'a été blessé dans le raid, sans préciser si Mouammar Kadhafi se trouvait à l'intérieur du complexe.

Par ailleurs, le ministère britannique de la Défense a indiqué que les forces britanniques avaient pris part à un raid contre les systèmes de défense antiaérienne de la Libye. Un sous-marin Trafalgar, notamment, a lancé des missiles de croisière Tomahawk contre des objectifs militaires libyens.

Six avions de combat italiens, dont quatre chasseurs bombardiers Tornado, auraient aussi décollé dans la soirée de la base de Trapani en Sicile pour participer à l'opération appelée Aube de l'odyssée.

Quatre chasseurs de l'armée danoise ont aussi pris part aux frappes dans la journée de dimanche.

Les CF-18 du Canada devraient entrer en opération d'ici 48 heures.
AFP_110320_00f36_avion-f16-libye_8.jpg
Photo: AFP/Giuseppe Cacace

Un F-16 américain décollant d'une base aérienne italienne, le 20 mars 2011
Les premières frappes qualifiées de succès par le Pentagone

Plus tôt, les hauts responsables militaires des États-Unis ont fait un bilan positif des premières frappes de la coalition internationale contre la Libye.

Lors d'un point de presse au Pentagone, le vice-amiral américain William Gortney a déclaré que les frappes internationales sont couronnées de succès : « Nous estimons que ces frappes ont été très efficaces, en détruisant grandement le potentiel antiaérien du régime ».

Les forces de la coalition, a-t-il dit, n'ont perdu aucun appareil. Il a également affirmé qu'il n'avait pas d'indication de victimes civiles dans les zones touchées par les bombardements.

Le vice-amiral Gortney a aussi ajouté qu'il doutait de la sincérité du cessez-le-feu annoncé par l'armée libyenne, comme de toute communication du régime libyen.

Plus tôt dimanche, l'amiral américain Michael Mullen avait indiqué que l'opération, lancée au terme d'une réunion internationale à Paris, a livré ses promesses.

Selon l'amiral Mullen, la prochaine étape sera de couper les lignes de ravitaillement des forces de Kadhafi pour étrangler ses capacités offensives.

Ses forces sont pas mal éparpillées entre Tripoli et Benghazi et nous allons essayer de couper le soutien logistique à partir de demain [lundi].

— L'amiral américain Mike Mullen

Il précise que le but de l'action internationale n'est pas de « chasser Kadhafi du pouvoir », mais de « protéger les civils ».

Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a affirmé que les États-Unis pourraient bientôt confier le commandement des opérations militaires aux Français, aux Britanniques ou encore à l'OTAN, qui n'est toutefois pas impliquée dans les opérations jusqu'ici. Il a répété que les États-Unis ne voulaient pas jouer un « rôle dominant » dans la conduite des opérations.

Le régime libyen perd du terrain

Les actions militaires ont permis de desserrer l'étau autour du bastion rebelle de Benghazi qu'assiégeaient les troupes gouvernementales et d'instaurer une zone d'exclusion aérienne.

Des témoins font état de dizaines de véhicules militaires détruits sur la route reliant Benghazi et Ajdabiya, dans l'est du pays, où des tanks, des blindés et des véhicules lance-roquettes ont été réduits en cendre par l'aviation française.

L'offensive enrayée des forces pro-Kadhafi vendredi et samedi aurait fait 90 morts, selon des sources hospitalières et des journalistes de l'AFP.

Depuis le début du conflit avec les forces fidèles à Kadhafi, les insurgés ont déclaré à la chaîne Al-Jazira avoir perdu plus de 8000 combattants.
PC_110320_x7i00_libye-tank_8.jpg
Photo: La Presse Canadienne /Anja Niedringhaus

Des insurgés libyens manifestent leur joie à Benghazi sur un tank appartenant à l'armée de Mouammar Kadhafi.
Kadhafi promet une « longue guerre »

L'armée libyenne a annoncé un nouveau cessez-le-feu dès dimanche soir. Mais les forces de la coalition ont rapidement écarté la possibilité que les forces libyennes le respectent.

Tom Donilon, le conseiller du président Barack Obama pour la sécurité nationale, a déclaré peu après cette annonce que ce cessez-le-feu est un « mensonge ».

« Notre position, à ce stade, c'est que cela n'est pas vrai, ou alors que la trêve a été aussitôt violée », a dit à la presse M. Donilon.

Le régime libyen avait déjà annoncé vendredi un cessez-le-feu qu'elle n'a pas respecté.

Avant l'annonce du cessez-le-feu, le colonel Mouammar Kadhafi avait menacé la rébellion et la coalition internationale d'une « longue guerre », dans une allocution télévisée.

Il a affirmé que les Libyens étaient « prêts à mourir en martyrs ».

Le dirigeant a qualifié les membres de la coalition internationale de « terroristes, barbares et monstres », ajoutant que son pays ne laisserait « jamais les pays croisés profiter de son pétrole ».

Dimanche matin, des habitants de Misrata rapportaient des affrontements entre forces gouvernementales et insurgés.

Une coalition qui fait grincer des dents

Selon un officiel du gouvernement libyen, les frappes de la coalition internationale ont fait jusqu'ici 64 morts. Ce bilan n'a toutefois pas pu être confirmé par d'autres sources indépendantes.

La Ligue arabe, qui avait appuyé l'imposition d'une zone d'exclusion aérienne, a sommé la coalition de préciser son action pour éviter les victimes civiles.

La Russie et la Chine, tous deux membres permanents du Conseil de sécurité, qui s'étaient abstenues lors du vote, ont dit regretter l'intervention dimanche en journée.

Le président américain Barack Obama a répondu aux détracteurs de l'action de la coalition en soutenant qu'elle est conforme à la résolution adoptée au Conseil de sécurité, rappelant qu'elle avait été approuvée par les pays arabes.

La France « applique pleinement et uniquement la résolution 1973 », s'est pour sa part justifié le ministère français de la Défense.

Radio-Canada.ca avecAgence France Presse, Associated Press, Presse canadienne et Reuters

13:36 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.