topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

mercredi, 23 mars 2011

Mobilisation en Montérégie pour remplacer le pont Champlain

Le pont Champlain à Montréal

Photo: La Presse Canadienne /Paul Chiasson

Le pont Champlain à Montréal

Des élus et des gens d'affaires de la Rive-Sud de Montréal se mobilisent pour convaincre Ottawa de l'urgence de remplacer l'actuel pont Champlain.

Des maires d'une douzaine de villes la Fédération des chambres de commerce du Québec et la Chambre de commerce et d'industrie de la Rive-Sud dénoncent l'approche du Ministère des Transports qui semble vouloir prolonger la durée de vie de la structure.

Le gouvernement Harper a en effet annoncé vendredi dernier que 158 millions de dollars seront consacrés exclusivement à la réfection et la sécurisation du corridor du pont Champlain.

Des risques d'effondrement

Des études réalisées par la firme Delcan rendues publiques la même semaine avancent pourtant que l'effondrement partiel de la structure du pont n'est pas à exclure. La structure du pont Champlain se détériore beaucoup plus rapidement que prévu.

Il a été reconnu qu'il y a un risque d'effondrement partiel du pont, ou même d'un effondrement d'une travée (une partie du pont entre deux piliers).

— Rapport de la firme Delcan

La coalition a donc adressé une lettre ouverte au ministre fédéral des Transports, Chuck Strahl, pour lui demander d'agir.

« Je ne suis pas le seul qui est inquiet. Dans toute l'agglomération de Longueuil, on a la même position, on veut qu'un nouveau pont soit construit. On parle des passagers, des gens qui l'empruntent. On parle aussi d'une infrastructure de développement économique importante pour la grande région métropolitaine », explique Paul Leduc, le maire de Brossard, porte-parole de la coalition.

La mairesse de l'agglomération de Longueuil, Caroline Saint-Hilaire, dénonce également la lenteur d'Ottawa « On ne nous annonce aucun échéancier pour un nouveau pont et cela nous préoccupe tous. Cela préoccupe également les citoyens qui utilisent quotidiennement ce pont, notamment en transport en commun. Il faut absolument que le gouvernement fédéral en arrive à une annonce ».

Le gouvernement prend son temps

Interrogé à ce sujet mardi pendant la période des questions à Ottawa, le ministre des Transports s'est montré rassurant : « Il est inapproprié de parler d'un nouveau pont tant que nous n'aurons pas reçu l'étude de faisabilité finale au sujet de l'avenir du pont Champlain. Quand nous l'aurons reçu, nous envisagerons toutes les options, y compris le remplacement du pont Champlain ».

Le ministre a réitéré sa position dans une tribune publiée mercredi dans La Presse et intitulée Le Pont Champlain est sécuritaire.

Au niveau provincial, l'opposition péquiste a également questionné à l'Assemblée nationale le gouvernement Charest afin de savoir quelles actions il compte mettre en oeuvre à ce sujet.

Le ministre des Transports, Sam Hamad, a répondu que Québec réalise actuellement une étude avec le gouvernement fédéral pour déterminer l'état actuel du pont et les solutions à envisager en fonction des résultats.

Une nouvelle étude recommande le remplacement

Le Devoir a obtenu une copie de l'étude de préfaisabilité qui sera rendue officiellement à la fin du mois au ministre Chuck Strahl. Les experts y recommandent la construction d'une nouvelle structure compte tenu de la vétusté du pont Champlain.

Ils se montrent également favorable à un partenariat public-privé (PPP) pour son mode de réalisation. Cette option est plus coûteuse, mais elle donne des assurances sur la conception et la viabilité à long terme du nouveau pont.

La mobilisation s'organise

Un groupe piloté par la Chambre de commerce et d'industrie de la Rive-Sud s'apprête à se rendre Ottawa pour défendre la construction d'un nouveau pont.

La mairesse de Longueuil, Caroline Saint-Hilaire, et le maire de Montréal, Gérald Tremblay, devraient soumettre jeudi une résolution au Conseil exécutif de la Ville de Montréal

Une première rencontre de la coalition est aussi prévue dans les prochains jours sur la Rive-Sud.

Le pont Champlain

Avec 57 millions de véhicules qui y circulent par année, dont 8 % de camions, il s'agit du pont qui est le plus emprunté au Canada. Il a fallu cinq ans, soit de 1957 à 1962, pour construire cette véritable épine dorsale de la circulation automobile montréalaise.

À l'origine, il y avait un péage, qui a été aboli en 1990. D'une longueur d'environ 6 km, le pont Champlain compte six voies de circulation. En semaine, 400 autobus y transportent matin et soir 18 000 passagers. Sa fermeture, même temporaire, aurait des conséquences désastreuses.

Radio-Canada.ca avecPresse canadienne

17:31 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.