topblog Ivoire blogs

mercredi, 23 mars 2011

Vue du Parlement Portugais, le 22 mars 2011. Vue du Parlement Portugais, le 22 mars 2011.AP/Armando Franca L'opposition, majoritaire au Parlement, devrait confirmer mercredi son rejet du nouveau programme d'austérité du premier ministre, le poussant à l

La justice ukrainienne a ouvert une enquête criminelle contre l'ancien président Leonid Koutchma, soupçonné d'avoir participé à l'organisation de l'assassinat d'un journaliste d'opposition en 2000 a annoncé mardi 22 mars le parquet général de Kiev. Âgé de 72 ans, Leonid Koutchma a fait deux mandats à la tête de l'Ukraine entre 1994 et 2005. Il lui est désormais interdit de quitter le pays.

Fondateur de l'influent quotidien en ligne Ukraïnska Pravda, Gueorgui Gongadzé avait disparu le 16 septembre 2000 à Kiev. Son corps décapité avait été découvert peu après dans une forêt à une centaine de kilomètres au sud de la capitale. Cette affaire avait créé un scandale sans précédent, l'opposition ayant mis en cause M. Koutchma et plusieurs de ses proches, notamment Iouri Kravtchenko, son ministre de l'intérieur, sur la foi d'un enregistrement audio dans lesquelles une voix ressemblant à celle de Leonid Koutchma demandait que l'on "s'occupe" de Gongadzé.

"Koutchma est soupçonné d'abus de pouvoir, d'avoir donné des ordres illégaux à la direction du ministère de l'intérieur qui ont conduit au meutre du journaliste", a expliqué le vice-procureur général Renat Kouzmine. "Les cassettes audio (...) ont été reconnues comme preuve matérielle dans cette affaire" a-t-il précisé.

Il y a encore peu de temps, l'ouverture d'une enquête contre Koutchma semblait peu envisageable. Le 14 septembre 2010, le parquet avait en effet désigné l'ancien ministre Iouri Kravtchenko, qui s'est suicidé en 2005, comme le commanditaire de cet assassinat. Cette décision avait été dénoncée en Ukraine comme une tentative de rejeter toute la responsabilité sur l'ex-ministre. Et début mars, la cour d'appel de Kiev avait estimé que le meurtre de Gueorgui Gongadzé n'avait pas été commandité, confirmant un jugement de première instance. L'avocate de la veuve du journaliste, Valentina Telitchenko, avait aussitôt dénoncé la décision de la cour, y voyant "une décision politique" visant à "épargner les commanditaires". Le syndicat indépendant des journalistes de Kiev avait lui aussi critiqué cette décision. "La négation du caractère commandité du meurtre de notre collègue Guéorgui Gongadzé entachera la réputation du pouvoir actuel", avait mis en garde le syndicat.

16:10 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.