topblog Ivoire blogs

vendredi, 12 août 2011

L'armée syrienne fait dix-sept morts à Homs et dans la province d'Idleb

L'armée syrienne, déployée depuis la fin juillet à Hama, est en train de quitter la ville, a constaté une journaliste de l'AFP.

L'armée syrienne, déployée depuis la fin juillet à Hama, est en train de quitter la ville, a constaté une journaliste de l'AFP. Reuters/REUTERS TV

Alors que l'armée syrienne a commencé à quitter Hama, où elle était entrée le 31 juillet, au moins seize civils ont péri, mercredi 10 août, dans l'opération de répression dans la ville rebelle de Homs, tandis que dans la province d'Idleb, une femme a été tuée dans la matinée dans une opération de l'armée, selon des militants syriens.

Les forces de sécurité ont tiré "de manière indiscriminée sur les habitants du quartier de Baba Amro", a déclaré l'un de ces militants. "Elles ont lancé une vaste opération d'arrestations et de perquisitions dans le secteur, ouvrant le feu sur toute personne cherchant à prendre la fuite", a-t-il poursuivi.

DES SOLDATS QUITTENT HAMA

Un peu plus tôt, des dizaines de véhicules de transport de troupe ont quitté Hama, où l'armée a mené depuis fin juillet une vaste opération qui a causé la mort d'une centaine de manifestants.

Une quarantaine de véhicules, arborant chacun un drapeau syrien, chargés de soldats, quittaient en fin de matinée la ville, a indiqué une journaliste de l'AFP qui a participé à une visite de presse organisée par les autorités pour une soixantaine de journalistes. "Par notre âme, par notre sang, nous nous sacrifions pour toi, Bachar" ou "Dieu, la Syrie, Bachar et c'est tout", scandaient certains soldats en faisant le V de la victoire.

Les journalistes ont été conduits devant un commissariat de police "incendié et saccagé par les saboteurs", selon un officier de la police. Selon lui, le 31 juillet tous "les commissariats de police ont été attaqués simultanément par les saboteurs" et "dix-sept policiers ont trouvé la mort".

HAMA, SYMBOLE DE LA LUTTE CONTRE LE RÉGIME

L'armée était entrée en force à Hama le 31 juillet et une centaine de personnes avaient été tuées lors d'une vaste offensive pour "l'une des journées les plus sanglantes" depuis le début de la révolte mi-mars contre le régime du président Bachar al-Assad, selon des militants.

Les opérations de l'armée ont fait depuis le début de la contestation, mi-mars, selon des militants et des témoins, des dizaines d'autres morts dans cette ville, où les autorités avaient coupé les moyens de communication pour combattre les "bandes terroristes armées" auxquelles elles attribuent les troubles depuis le début d'une révolte populaire inédite.

Hama avait été le théâtre d'immenses manifestations contre le pouvoir, qui en juillet avaient réuni, selon l'OSDH, plus de 500 000 personnes les vendredis, devenu jour traditionnel de contestation. Cette ville est déjà un symbole de la lutte contre le régime en Syrie depuis la terrible répression en 1982 d'une révolte du mouvement interdit des Frères musulmans contre le président Hafez Al-Assad, père de Bachar, qui avait fait 20 000 morts.

10:35 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.