topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

mercredi, 07 septembre 2011

Sarkozy aux députés UMP : "On ne parle pas de rigueur"

Le président Nicolas Sarkozy lors de la conférence annuelle des ambassadeurs au palais de l'Elysée, le 31 août 2011.

Le président Nicolas Sarkozy lors de la conférence annuelle des ambassadeurs au palais de l'Elysée, le 31 août 2011.AFP/PHILIPPE WOJAZER

Nicolas Sarkozy s'est livré à une grande explication de la crise mondiale et de ses conséquences, mercredi 7 septembre, lors du déjeuner qui réunissait les députés UMP à l'Elysée.

Le chef de l'Etat, qui s'est efforcé de faire de la pédagogie – avec une pointe d'autosatisfaction – a d'abord souligné que "l'heure n'était pas à la campagne présidentielle". "Il y a des urgences et je suis au travail", a assuré le chef de l'Etat cité par des participants à ce déjeuner.

"ON NE PARLE PAS DE RIGUEUR"

Ensuite, le président de la République a clarifié sa position sur un des débats actuels de la majorité : "On ne parle pas de rigueur, a dit M. Sarkozy à ses troupes. La rigueur, c'est la baisse des prestations sociales et des salaires. Nous menons une politique de gestion rigoureuse, qui vise à baisser l'endettement de la France."

"Nous avons un objectif et une obligation : conserver le AAA [la note de la France pour les agences de notation]", a t-il insisté, selon des participants.

En réponse à ceux qui réclament plus de rigueur, M. Sarkozy a lancé : "Si on va plus loin dans cette approche, il y a des risques d'empêcher le retour de la croissance. Nous ne toucherons pas cette année à une réduction massive des dépenses publiques."

HARO SUR "LES NÉGOCIATIONS À L'UNANIMITÉ"

Le président de la République a poursuivi en faisant un développement au sujet de la régulation de l'économie mondiale : "A l'heure actuelle, le système patine. Les négociations à l'unanimité ne permettent pas d'être suffisamment réactifs." Le chef de l'Etat a alors pris en exemple la proposition de taxe sur les transactions financières.

"Si le G20 garde sa règle de négociation à l'unanimité, cela ne verra jamais le jour. Nous devons apprendre à fonctionner avec une règle majoritaire : je vais le proposer au G20 [qui aura lieu début septembre, à Cannes]", a plaidé M. Sarkozy, toujours selon des députés présents.

En conclusion de son exercice de pédagogie, M. Sarkozy a indiqué aux députés UMP qu'il se laissait du temps avant de décider de convoquer – ou non – le congrès pour inscrire "la règle d'or" budgétaire dans la Constitution. Le chef de l'Etat a renvoyé sa décision sur une éventuelle convocation du Congrès à "fin septembre", selon les élus. "Laissons le premier ministre faire ses consultations : il y a le temps de la pédagogie, le temps du débat, puis le temps des décisions", a-t-il justifié.
Patrick Roger

source lemonde.fr

23:00 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.