topblog Ivoire blogs

vendredi, 17 mai 2013

Le cas du suicide dans une école primaire est une première en France

Le cas du suicide dans une école primaire est une première en France


Les intrusions dans les écoles représentent 5 % des faits graves de violence en France.

Le suicide d'un adulte dans le hall d'une école primaire jeudi devant des élèves, est «une première en France», indique-t-on au ministère de l'Éducation nationale, «En revanche, nous avons connaissance de quelques cas similaires en Chine.» Dans ses enquêtes de victimation, Éric Debarbieux, spécialiste de la violence scolaire, note que les intrusions d'éléments extérieurs aux établissements représentent 5 % du nombre total de violences graves. «La violence d'intrusion est très rare, qui plus est avec une arme», argumente-t-il.

Une personne rémunérée par la mairie est censée surveiller les allées et venues dans les écoles maternelles et primaires, publiques comme privées. «Ce gardien ou concierge vérifie l'identité des personnes venant chercher les enfants», explique un directeur d'école primaire parisienne. Une gardienne et une institutrice se sont d'ailleurs opposées en vain à l'intrusion de l'homme suicidaire jeudi. Selon Éric Debarbieux, les fouilles à l'entrée des établissements et autres détecteurs de métaux régulièrement évoqués à chaque cas de violence scolaire ont fait la preuve de leur inefficacité aux États-Unis: «Elles ont provoqué une augmentation de la violence scolaire parce que les jeunes se sentaient stigmatisés, frustrés.»

Des traumatismes liés aux médias

Le protocole est strict dans les écoles maternelles et primaires françaises: si ce n'est pas la personne habituelle qui vient chercher l'enfant (parent ou nounou), doit être présenté un papier signé de la mère ou du père, une carte d'identité, etc. Néanmoins, «on ne peut pas dire qu'il est important pour les familles de pouvoir discuter avec les instituteurs et boucler les écoles en zone de haute sécurité. Tout ça à partir d'un cas isolé», observe le directeur d'école.

Ce que craignent les spécialistes de la violence scolaire, c'est que la publicité faite dans les médias de ce cas incite d'autres désespérés à faire parler d'eux de la même manière. Vendredi matin, un dispositif policier a été mis en place dans les lycées de Strasbourg après des menaces diffusées sur Internet. S'agit-il d'un cas de «copycat», un imitateur agissant de manière similaire à une action lue dans les médias? Eric Debarbieux indique par ailleurs régulièrement que «la moitié des traumatismes psychiques subis par les enfants a posteriori est liée à la presse et à ce que dit la presse de l'événement». Il fait notamment allusion aux enfants témoins du suicide, abondamment interrogés par les médias à la sortie de l'école, et dont les visages n'ont même pas été floutés sur certaines chaînes de télévision.

16:06 Écrit par Kpanou dans Actualités du monde, ACTUALITES FRANCAISE | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Commentaires

bnjr kap c'est ismael j ai vue ton message dans ma boite mais je ne t'avais pas reconnu dis tu peus me donner la cle d'actuvation de deanon

Écrit par : SMILEY | jeudi, 23 mai 2013

pardon mogo donne moi la clé d'activation de idm615 pace

Écrit par : smiley | mardi, 09 juillet 2013

Les commentaires sont fermés.